Linky: un compteur communicant

qui en dit beaucoup

sur notre vie privée

Pour mettre en œuvre une directive européenne relative à l'efficacité énergétique dans l’Union, la France a décidé,en 2012,de procéder au remplacement de tous les compteurs électriques par de nouveaux compteurs joliment appelés «Linky», capables de communiquer directement à une centrale EDF, sans l’intervention de son personnel. Ce n’est pas là sa seule fonction, il permettra aussi d’adapter le contrat, autorisera la mise en service ou la coupure à distance.

Alors pourquoi tant d’usagers farouchement opposés, tant de communes prennent des arrêtés s’opposant à ce déploiement ?

 

C’est que Linky est très bavard :

les informations qu’il collecte constituent une intrusion dans la vie privée de soixante-six millions d’habitants, car le transfert des données détaillées sur la consommation d’énergie (par exemple toutes les dix minutes) permet notamment d’identifier les heures de lever et de coucher, les heures ou périodes d’absence, ou encore, sous certaines conditions, le volume d’eau chaude consommée par jour, le nombre de personnes présentes dans le logement, etc. Au point que la CNIL a travaillé sur un «Pack de conformité» et préconisé qu’EDF obtienne de l’usager son consentement pour le transfert de ses données.

Or de ce consentement il n’est absolument pas question dans les courriers envoyés par ERDF annonçant le remplacement des compteurs.

Par ailleurs,ce transfert de données constitue une modification substantielle du contrat signé à l’origine pour la fourniture d’électricité, mais cette modification n’est en aucun cas évoquée.

Il est donc pour le moins surprenant qu’ERDF procède avec une telle brutalité au changement des compteurs chez des usagers,malgré leur opposition, et que les responsables invoquent uniquement les économies et la facilité d’utilisation.

la Ligue des Droits de l'Homme a demandé à la CNIL
de vérifier le respect par EDF du Pack de conformité.

Elle regrette enfin que, plutôt que de recourir aux arguments d’autorité, il n’ait pas été procédé aux expertises scientifiques nécessaires afin de répondre aux craintes qui ont pu être exprimées.

En attendant que ces expertises aient lieu et que la CNIL ait rempli sa mission,
la Ligue des Droits de l'Homme demande un moratoire sur le déploiement actuel.

 


Dès 2015, des élus ont levé le voile

 

Mme la sénatrice Annick Billon a déclaré au Sénat, lors de la séance publique du 13 février 2015 :
« Ce compteur pourrait menacer nos libertés individuelles par l’évaluation de notre consommation. En effet, on peut légitimement craindre l’émergence de dérives policières et commerciales, les opérateurs étant désormais capables de dresser des profils de consommateurs et de connaître à chaque instant votre localisation dans votre résidence. »

 

 


Le 9 juillet 2015, le sénateur Charles Revet a dénoncé à son tour, en séance publique, les dangers du Linky :
« Alors même qu’il n’est pas prouvé que ces "compteurs intelligents" soient générateurs d’économies, nombreux sont les arguments qui plaident contre leur déploiement. (...)
Le compteur Linky portera atteinte à la vie privée puisqu’il permettra de connaître en temps réel le taux d’occupation des lieux par l’indication du nombre d’appareils électriques branchés.
De plus, il rendra la France vulnérable face aux hackers et au cyberterrorisme. Par ailleurs, il augmentera considérablement l'exposition quotidienne de la population aux ondes électromagnétiques. Imposer Linky, c’est soumettre les Français à ses irradiations vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Cette exposition est pourtant officiellement reconnue comme "potentiellement cancérigène" depuis le 31 mai 2011 par le Centre international de recherche sur le cancer, qui dépend de l’Organisation mondiale de la santé.
J’ajoute que les conclusions du rapport de la société d’audit Ernst & Young ont conduit le ministre de l’économie allemand à rejeter en février 2015 la généralisation de l’installation de compteurs communicants. Ce que l’Allemagne a décidé, la France peut le faire. »


 

Le filtre CPL anti-Linky

 

Filtre CPL « STRIKE » de la marque « SPICA » vendu en France par cem-bioprotect.com

Attention, le filtre CPL anti-Linky débarque en France !!!

Jusqu’à aujourd’hui, la fronde anti-Linky se faisait par le biais de courriers recommandés envoyés à titre individuel à Enedis, de pétitions signées ça et là, de collectifs organisant des débats ou des manifestations, et bien sûr, des délibérations votés aux conseils municipaux.

Avec l’arrivée sur le marché Français de ce filtre CPL, la fronde anti-Linky se poursuit désormais sur le terrain technologique. Il est maintenant possible de s’équiper d’un filtre CPL passe-bas dans la bande CENELEC A

 De nombreux internautes on parcouru le net et posté sur de nombreux forums à la recherche d’un super filtre CPL pouvant agir dans la bande de fréquence du Linky (CENELEC A, porteuses de 63,4 KHz et 74 KHz).

 Problème : Cette plage de fréquence -le CENELEC A- est réservée aux fournisseurs d’électricité. Les rares filtres CPL vendus en France ne couvrent pas cette bande et ne sont donc efficaces que sur des plages de fréquences plus élevées. Celles destinés principalement à la domotique et aux équipements multimédias.

Un filtre spécialement conçu pour les smart meters

 Les « smart meters » ou « compteurs intelligents » émettent du CPL dans la bande A du CENELEC. Ce filtre CPL a donc été « calibré » spécifiquement pour cette plage de fréquence. Ce qui lui permet d’éliminer l’ensemble des radiofréquences produites par votre « Linky » en atténuant totalement ses ondes CPL.

L’atténuation des ondes CPL est mesurée en décibels (dB). Car on parle de « bruit » sur le réseau engendré par ces courants perturbateurs, ou sales (dirty electricity).

Plus le niveau d’atténuation du filtre CPL est élevée, plus puissant sera son filtrage. Dès -20dB, le bruit sur le réseau est presque totalement absorbé et rendu inopérant.

A -70dB, c’est comme on dit…silence radio…votre circuit électrique domestique retrouve son calme et sa sérénité.

 

Un produit conforme aux normes CE

Ce filtre CPL répond à toutes les normes européennes en vigueur et va même plus loin car il a été conçu pour faire face aux nouvelles exigences concernant les pollutions électromagnétiques engendrées sur les réseaux électriques.

Pourquoi s’équiper d’un filtre CPL?

Initialement développé pour « cloisonner » les appareils « perturbateurs », créateurs de champs électromagnétiques ou communiquant par CPL sur les réseaux tertiaires, ce filtre « bloque » tous les parasites du réseau sur lequel il se trouve. Le filtre Strike bloque les CPL dans les deux sens. Aussi bien les parasites venant de l’extérieur de votre réseau que ceux qui en sortent.

En installant ce filtre en tête de votre tableau électrique, vous vous protégez de toute intrusion de courant CPL dans les câbles de votre habitation (les circuits des prises de courant, comme les circuits lumières).

 

Est-ce légal d’installer ce filtre anti-Linky?

Ce filtre ne fait pas obstacle au bon fonctionnement de votre compteur Linky. Il ne fait que bloquer les intrusions CPL vers votre logement. Le but d’un compteur électrique, intelligent ou pas, est de compter votre consommation. Il n’a pas à envoyer de courant perturbateur sur votre réseau privé dans le but futur de capter vos données de consommation.

Vous avez parfaitement le droit en tant que citoyen de vous protéger des effets néfastes d’une technologie imposée par votre fournisseur Enedis, en l’occurrence, l’envoi de courant CPL dans votre habitation.
Votre Linky continuera de remplir sa mission en comptant comme il se doit votre consommation. Il continuera d’envoyer en CPL vos relevés de consommation vers le concentrateur le plus proche, mais il ne pourra plus en envoyer chez vous.

C’est un peu comme installer un pare-feu ou un anti virus sur votre ordinateur. Avec ce filtre CPL anti-Linky, le cheval de Troie de Big Brother / Enedis reste sagement à la porte.

La règle en électricité est que vous pouvez faire (presque) tout ce que vous voulez sur votre partie privé, c’est à dire tout ce qui se trouve après votre disjoncteur principal (tout ce qui n’est pas plombé).
Évidemment, ces travaux doivent obligatoirement être fait dans les règles de l’art. Tout bricolage est à proscrire. On ne transige pas avec la sécurité.

Ce filtre CPL s’installe sur la partie puissance de votre tableau électrique et nécessite l’intervention d’un électricien professionnel.

 

Un filtre CPL anti-Linky qui a une durée de vie supérieure…au Linky !!!

La MTBF (mean time between failures) c’est à dire le temps moyen entre pannes, ou durée moyenne entre pannes de ce filtre CPL est de 20 ans. Ce qui signifie une durée de vie bien supérieure à ce délai.

La fiabilité de ses composants et la qualité de fabrication confère donc à ce filtre une durée de vie (réelle) d’au moins 20 ans…soit 5 à 10 ans de plus que le nouveau compteur d’Enedis!

La durée de vie du Linky (théorique) étant de 15 à 20 ans, on peut donc affirmer que ce filtre CPL viendra à bout du Linky…et de son successeur.

Bref, vous êtes tranquilles pour un bon moment.


 

Pas de suspicions, des réalités :

le compteur Linky
est très facilement piratable,
pour votre bénéfice
ou pour vous nuire.....

 

Vous savez que, malgré les lettres recommandées, les suspicions d’espionnage de données, la propagation via le réseau interne de nos maisons, d’ondes électromagnétiques néfastes à la santé, malgré toutes les études de Next-Up, notre gouvernement persiste et signe pour l’installation de ces calamités Linky.
Ce qu’ils ne nous diront pas,
c’est que ce compteur « intelligent » à déjà été piraté
et donc, c’est encore un article à charge contre l’installation. Imprimez cette page et présentez là aux agents EDF pour justifier votre refus. Les deux articles que vous allez consulter, ont été publiés en 2012, vous croyez que nos élus l’ignorent?

 

Comme d’habitude avec les hackers, il ne faut pas attendre très longtemps pour qu’ils découvrent des failles au sein des nouveaux produits technologiques.

Libre à nous après de les acheter ou pas après tout… Mais que se passe-t-il quand d’énormes failles de sécurité sont détectées dans un produit dont l’installation va bientôt être imposée chez tous les Français ?

Car le compteur d’électricité intelligent, nommé aussi Linky par ERDF  vient de montrer les graves problèmes qu’il peut causer pour la vie privée en Allemagne : des Hackers viennent en effet de démontrer qu’il était possible d’intercepter les données transitant entre un compteur d’électricité de nouvelle génération et la compagnie d’électricité.

 Et si l’on analyse ces données, on peut alors connaître le nombre d’ordinateurs ou de téléviseurs présents dans un domicile (bientôt le contrôle automatique pour le paiement de la redevance ?), quelle chaîne de télévision vous êtes en train de regarder, et même si un film lu sur le lecteur DVD contient du contenu protégé par les lois sur la propriété intellectuelle !

 Ces bidouilleurs ont aussi pu modifier les données envoyées, et faire croire qu’ils avaient eu une consommation d’électricité négative de -106610 kWh, et que donc la compagnie d’électricité leur devait de l’argent

Hallucinant n’est-ce pas ? hahh ces teutons !!!!!

Enfin ce qui est aussi complètement fou, c’est que l’on puisse obtenir ce genre d’informations détaillées depuis un bête compteur électrique… N’y aurait-il pas une légère disproportion entre l’analyse de nos consommations électriques, et la capacité de savoir quasiment tout ce qu’il se passe dans notre maison et sur nos téléviseurs ? C’est quand qu’on couple ça avec Hadopi ?

Un autre article prouve que le piratage à été effectué et de ce fait, ceci doit être vraiment pris en compte par le gouvernement,
avant de propager au niveau national.
Ce compteur fait courir des risques, autant aux usagers, qu’à la stabilité du réseau EDF.

 

Le piratage d’un compteur d’électricité peut permettre une économie de 75% sur les factures

On a beau prévenir EDF que les compteurs intelligents sont trop facilement piratables pour être imposés chez la majorité des foyers français, mais il est toujours prévu de les déployer à grande échelle en France dans les prochains mois.

Après les pirates allemands démontrant tout ce que l’on peut savoir sur les habitudes d’une personne à partir du hack d’un compteur électrique intelligent, voici que des américains ont trouvé plusieurs combines pour modifier le débit électrique perçu par les compteurs, et alléger drastiquement leurs factures !
Les contrôles au domicile des particuliers et des entreprises ont révélés que un compteur intelligent sur 10 était piraté, ce qui est déjà assez énorme. Il ne s’agit donc pas d’une pratique confidentielle.

La principale méthode utilisée est de pirater le port infrarouge du compteur en utilisant une sonde optique reliée à un ordinateur portable, un logiciel disponible gratuitement sur Internet permettant de modifier les informations reçues par le compteur.

Une autre méthode employée est d’utiliser un aimant très puissant pour désactiver le compteur et de ne le faire que la nuit : puisque la consommation électrique a tendance à baisser la nuit, la baisse de consommation n’est pas détectée par l’opérateur électrique, et en enlevant l’aimant durant la journée, le compteur continue de fonctionner normalement, brouillant encore plus les pistes.

 Une méthode permettant de gagner jusqu’à 75% sur sa facture pour les hackers peu scrupuleux !

Je signale tout de même que ce genre de pratiques, si elles sont utilisées à grande échelle, risquent de remettre fortement en cause la stabilité de nos réseaux électriques, déjà fortement sollicités par la consommation électrique de plus en plus importante de nos foyers.
Imaginons qu’un petit malin, puisse pirater notre compteur. Quel recours aurions nous face à une facture astronomique, comment pourrions nous prouver notre bonne foi? Ce sont des galères dont personnes n’a besoin.

article recueilli sur les moutons enragés